Australie, Grands voyages

Darwin & notre arrivée dans le Northern Territory

Road-trip – Septembre 2014 / Monkey L

L’arrivée dans la capitale du Northern Territory : Darwin

Bon je vous plante le décor, ça fait un peu moins d’un mois qu’on est arrivés en Australie, mes 3 potes et moi. On a approximativement plus une thune et il faut absolument que l’on trouve du boulot. On a traversé tout le Western Australia, en cherchant du boulot dans les vignobles du sud à Albany, dans les fermes du centre à Carnarvon (où en passant j’ai failli finir à faire du bikini bar), dans la culture de la perle à Broome…. Rien. Nada.

Les quelques voyageurs que l’on croisent sur notre chemin nous disent tous d’aller à Darwin, car :

C’est là qu’il y a le boulot, la saison des mangues va commencer et c’est la folie !

La désillusion totale

Après Broome on se motive et on fait les quelques 4000km qui nous séparent de Darwin d’une seule traite, en se relayant le volant de Simone à tour de rôle, équipe jour, équipe nuit, on s’arrête mettre de l’essence dans des no-mens land à la walking dead et on repart… jusque Darwin. Et là, c’est le drame.

Après avoir tourné pendant longtemps pour trouver un “spot” (comprenez un endroit où l’on peut établir notre campement de gitans sans se faire arrêter par les rangers), on s’installe et se prépare un bon dîner classique : pâtes / sauce tomate, un peu de gruyère, et bières pour les garçons. On s’aperçoit pendant ce festin que finalement, il y a pas mal de passage et surtout des backpackers en voiture, en van et pick-up… L’un d’entre eux finit par s’arrêter et nous taper la jactance avec son accent français capté à 2000km : Il nous explique que plus loin c’est une station d’épuration (génial) et que ce soir s’organise un “mini-festival” par là-bas (c’est ce qui l’a dit je m’en souviens très bien !) donc que l’on est forcément conviés dans la joie et la bonne humeur pour se la coller et écouter du son de rave (non pas rêve). Bon, ok. On finit nos pates, on remballe et on arrive.

Je m’apprête à raconter ce qui est je pense de loin le pire souvenir de tout mon voyage en Australie.

On s’est du coup retrouvé au milieu d’autres backpackers, français pour la plupart, mais aussi belges, allemands.. mais tous sans travail et qui clairement avaient abandonné l’idée d’en trouver voir même d’en chercher. C’était exactement l’inverse de ce qu’il nous fallait ce soir là. Certains nous ont dit qu’ils repartaient de Darwin car ça faisait plus d’un mois qu’ils attendait du boulot, qu’il n’y en avait pas, et nous conseillaient même de passer direct notre chemin. Et eux étaient là à boire, (des bières en plus et moi j’avais rien à boire pour tenter de me détendre un peu) à continuer de se la coller douce, à faire comme si tout allait bien alors qu’ils étaient presque tous là à devoir retourner dans leurs pays sans argent, parfois même sans avoir assez d’argent pour le billet. J’étais folle. Je suis partie me coucher dans le van avec cette odeur de traitement des eaux usées, ce fond sonore de musique de drogués, embrouilles de bourrés et j’en passe… et je me suis dis: il est hors de question que l’on finisse comme ça. 

 

“Mais qu’est ce que t’attends mal !”

Au final, par je ne sais plus quelle chance, on a réussi à trouver du boulot ! Enfin.. on a passé les tests d’aptitudes auprès d’une agence qui recrutaient pour la saison des mangues, puis ils nous ont dit ok. Là c’était la délivrance, job très bien payé (1500 dollars la semaine si je me souviens bien) logis fourni etc et on était pris tous les 4 ! Sauf qu’il fallait attendre 2 semaines, voir 3 que le début de la saison commence. Avec les fortes précipitations les fermiers reculaient toutes les cueillettes. Donc on a décidé d’attendre, de dépenser le moins possible (après un resto pour fêter ça quand même) et donc de camper à la bibliothèque la journée pour profiter de l’air-co et du wifi. Puis en fin de journée, on allait souvent vers Water Front (petite baie bien sympa toute récemment aménagée) avant d’aller monter notre campement et dormir au bord de l’autoroute aux abords de la ville le soir venu. On a aussi bien profité du Sunset Market tous les dimanches à côté de la plage, toujours un super moment : des petits stands de street-food, de producteurs locaux, des musiciens qui s’espamtaient au Jaberwooky (Didjeridoo), danseurs,

 

Mes débuts sur Helpx en tant qu’au pair

Ayant bien entamé les nombreuses saisons d’HIMYM à la bibliothèque et étant un peu frustrée de ne pas faire autre chose que de glander en attendant, je me suis inscrite sur la plateforme Helpx.net (l’équivalent de WWOOF mais en moins cher) histoire de partager avec le locaux. Le woofing consiste à effectuer 3 à 4h de travail par jour chez quelqu’un, dans une ferme, une famille etc.. en échange du gîte et du couvert. Cette pratique est très développée en Australie et vous verrez par la suite que j’ai bien rentabilisé mes 20$ d’inscription pour l’année. C’est comme cela que j’ai rencontré Michelle, et sa famille Indo-Australienne. Cette prof d’anglais adorable, son mari indonésien et leurs deux enfants m’ont accueilli chaleureusement pendant une semaine. J’ai aidé Claire pour l’entretien de la maison, la cuisine et surtout les petits tout en ayant la chance de participer à toutes les activités prévues pour la petite famille : cours de DIY, festival bio/écolo dans la forêt etc.. C’était une super expérience et j’en garde un très bon souvenir. Je raconterai d’autres expériences “Helpx” par la suite..

Pour finir, nous avons continué à attendre en vain.. le boulot n’a jamais commencé. On a fini par s’y résoudre et on a par la suite trouvé du boulot… par SMS ! Grâce à une annonce postée sur Gumtree.com (Leboncoin local) on est parti pour 2 mois cueillir des mangues à Katherine, à 300km au Sud de Darwin.

 

Darwin en quelques mots

Il fait chaud : c’est le nord, c’est très humide, surtout en cette saison (septembre – décembre), mais Darwin vaut tout de même le détour. Il y a le Sunset Market, mais aussi Water Front et le Crocosaurus Cove (parc animalier avec pleins de crocodiles), et c’est un point de chute pour un passage avant ou après les parc nationaux du Top End classés parmi les plus beaux d’Australie : Litchfield & Kakadu National Park.

 

 


? Ce qu’on aime

Le Sunday Sunset Market, la bibliothèque (où on a passé des heures à glander en attendant du boulot), les live-music dans les bars de la seule rue passante de la ville, le Water Front tout beau tout neuf et le Crocosaurus Cove pour nager avec un crocodile géant.


? Où on se trouve

Darwin est la capitale et la ville la plus peuplée du Territoire du Nord (Northern Territory) en Australie. Située tout au nord de l’île, sur la mer de Timor, c’est la ville la plus petite et la plus au nord des capitales australiennes.


? Comment parle t’on

En Australie on parle… australien ! Une sorte d’anglais avec un accent très prononcé, l’australien est très familier, avec une grosse tendance à inclure ‘buddy’ à chaque fin de phrase.. En particulier dans cette région, où les mineurs et ouvriers sont très nombreux.


⏰ Le timing

Du côté de Darwin, le décalage horaire est à +7h30 par rapport à la France. Côté timing les habitants de Darwin se lêvent très tôt ou travaillent de nuit ! Couche tôt aussi après des afterworks à la bière, ou le rituel des bar à strip tease en sortant du boulot.


Tu peux aussi t’intéresser à :
Expatriation à Shenzhen, le bilan. Expatriation à Shenzhen, le bilan.
20/12/2019
6 mois d’expatriation: petit bilan 6 mois d’expatriation: petit bilan
02/03/2019
Génie + Humanité = JR Génie + Humanité = JR
28/02/2019

Tu veux laisser un petit mot

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *